A Sainte Gemmes-sur-Loire, un réseau d’irrigation collectif a été réalisé à partir de 1962 avec un pompage en Loire. L’arrivée de l’eau industrielle a fait augmenter le prix des terrains et orienté les maraichers vers la pépinière, plus rémunératrice.

La ressource en eau va se limiter avec des épisodes estivaux de plus en plus chauds et secs. L’été 2022 a été emblématique à cet égard. Le maraichage est plus consommateur d’eau que l’horticulture liée davantage au goutte à goutte.

La notion du stockage hivernal dans des retenues d’eau est importante. La France stockerait 2,5 % de l’eau qui court en hiver contre 25% en Espagne. Mais elle suscite des avis très controversés. Malgré l’évolution des modes d’arrosage, il faudra sûrement prévoir la création de réserves d’eau à usage agricole dans des zones spécifiques. Les crues hivernales de la Loire qui vont se perdre aujourd’hui dans la mer pourraient alimenter ces réserves (dans les boires….) pour le plus grand profit des agriculteurs lorsque la sécheresse viendra.

L’association du Camp de César ouvre le dossier de la gestion de l’eau, impérative pour l’avenir de la Zone Agricole Protégée.

Station de l'Ermitage débranchée ?

Pourquoi la prise d'eau en Loire à la station de l'Ermitage semble-t-elle avoir été d ...

Lire la suite

Communiqué de presse

Agriculture : apprendre à gérer l’eau de pluie et de débordement L’association du Cam ...

Lire la suite

Sécheresse: une association dit son inquiétude

 Ouest France : Sécheresse: une association dit son inquiétude Sainte-Gemmes-sur ...

Lire la suite

L'eau, c'est la vie

 Courrier de l'Ouest - L'eau, c'est la vie Dans le Maine-et-Loire, le déficit de ...

Lire la suite

Actualités

Station de l'Ermitage débranchée ?

[ Lire la suite ]

Lettre d'information

Je m'abonne