Randonnée : Prairies de la Baumette

Grâce à la Loire et ses nombreux bras, la flore et la faune y sont d’une grande richesse. La commune est  traversée par les itinéraires de cyclotourisme "La Loire à Vélo" et la "Vélo Francette" qui offrent des vues imprenables sur le fleuve dont cette partie est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'horticulture et le maraichage représentent une réelle identité pour Sainte-Gemmes-sur-Loire par leur dimension économique.

N.B. Cette randonnée n'est possible qu'en période de basses eaux, de mai à octobre-novembre.

  • Balisage : jaune
  • Durée : 2 h 30
  • Distance : 10,7 km
  • Accès au départ :  à la limite d'Angers et Sainte-Gemmes-sur-Loire, rue Haut de la Baumette, à l'intersection avec le Chemin des Gillettes.

Au fil du parcours

Vous vous trouvez face à l’ancien couvent de la Baumette.

Creusé dans le schiste du Roc de Chanzé, l’ancien couvent de la Baumette offre un panorama imprenable sur la Maine et Angers depuis ses jardins provençaux. Des amandiers, des figuiers qui ont vu passer nombre de célébrités : Charles VIII et Anne de Bretagne, François Rabelais, en jeune novice, Henri IV qui vint entendre les vêpres en 1598, Louis XIII, Du Bellay et tant d'autres....Le constructeur de la chapelle à l’origine du couvent est le roi René, fils de Louis II d'Anjou et Yolande d'Aragon, comte de Provence. Il appela ce couvent « La Baumette » (« Petite Baume ») en souvenir de « La Sainte Baume », montagne de Provence où Marie-Madeleine s’était retirée pour faire pénitence. La Baumette est aujourd’hui classée au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO.

Descendre vers la Maine

A gauche, prendre le chemin de terre qui longe la propriété de Chanzé sur votre gauche.

Le roi René d’Anjou, séduit par le vignoble et l’accès facile par bateau à moins d’une lieue de son château d’Angers, achète la closerie de Chanzé en 1451. Il complète ce domaine par l’acquisition du manoir.. Il le reconstruit très vite. Des peintures murales de la main du prince subsistent dans les combles et à l’étage. Le roi René aime tant le vin produit sur le domaine qu’il le fait transporter par eau jusqu’à Aix-en-Provence. Vendu à la Révolution, Chanzé passe de mains en mains. Les bâtiments sont profondément remaniés après le Premier Empire.

Laisser sur la gauche le chemin d’Herbault.

Herbault était l’une des fermes, la plus importante, du domaine de Châteaubriant dont les grands cèdres du parc longe la propriété. Sa construction remonterait au XVIème siècle. L’étable a été réhabilitée en maison d’habitation (qui possède cinq – dont un principal - vitraux signés Jean-Adrien Mercier).

Les Tourelles sont nommées également « Le Petit Chanzé », en tant que dépendance du manoir voisin de Chanzé. En façade, une tourelle conservait un escalier qui desservait l’étage.

Prendre le chemin de terre sur la droite vers la Maine.

Arriver à proximité de la rivière, suivre le chemin sur la gauche qui longe la Maine.

Passer sous le pont de chemin de fer du Petit Anjou.

Le Petit Anjou était un réseau de chemin de fer secondaire, à voie métrique, situé en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire. Mis en service de 1893 à 1910, il fut fermé en 1948. La ligne Angers – Candé qui passait par le pont  avait été fermée dès août 1947.

Poursuivre le chemin. Passer sous la D 112. Continuer  le chemin et arriver dans l’ile Chevrière.

Arriver à la confluence entre la Loire sur la gauche et la Maine sur la droite. Panorama.

Poursuivre le chemin sur la gauche qui longe la Loire.

Arrivée à l’Ermitage (panneau de présentation des sentiers de randonnée).

L’Ermitage regroupe plusieurs maisons d’habitation et d’anciennes dépendances viticoles et agricoles. Parmi ces dernières, une tour-séchoir à chanvre dont il ne subsiste que très peu d’exemplaires dans la vallée. Ces constructions remonteraient au tout début du XIXème siècle. La « ferme de l’Ermitage » a appartenu à Adolphe Lainé-Laroche, propriétaire de Chateaubriant, ainsi qu’à Pierre Mariet, maire de Sainte Gemmes-sur-Loire de 1820 à 1824. Les interventions menées sur la propriété ont permis de préserver et valoriser son caractère de Val de Loire avec le schiste ardoisier, le tuffeau et l’ardoise.

Traverser la D 112 et continuer en empruntant la petite route sur la gauche qui conduit jusqu’au Petit Saint Jean (calvaire).

Le Petit Saint Jean faisait partie de l’ancien domaine de l’hôpital Saint Jean d’Angers. Des combats eurent lieu à cet endroit, le 11 mai 1593, entre les ligueurs hostiles au roi Henri IV et les troupes qui lui étaient fidèles, dirigées par Donadieu de Puycharic, gouverneur du château d’Angers. Celui-ci avait fait construire un fortin pour couper le passage de la rivière aux ligueurs et ainsi préserver les faubourgs d’Angers. La propriété construite au XVIème siècle est toujours longée par une muraille à angle droit, fortifiée avec des éperons extérieurs et intérieurs. A proximité, une croix de pierre en granit et tuffeau a été élevée par le curé  Robin en 1765. La croix rappelait le souvenir de la bataille, mais aussi celui d’un  monastère dont les moines auraient été les premiers à cultiver la vigne aux alentours d’Empiré et particulièrement sur les hauteurs des Epivents.

Poursuivre par le chemin de terre. Passer sous la voie ferrée. Arriver au niveau de Clos Lorelle.

Le site du Clos Lorelle est situé dans les prairies de Frémats. Lorelle vient du latin « laurus »  signifiant laurier. Le Clos Lorelle est aujourd’hui une jolie demeure du XVIIème avec sa chapelle restaurée. Le site abrite trois hectares dévolus par son propriétaire à des expérimentations en vulgarisation de culture et plantations de haies « naturelles.

Passer le pont du Petit Anjou, bifurquer à droite avec le chemin.

À la jonction, tourner à gauche, sur le chemin rural des Communes d'Amont jusqu'à l’ancien couvent de la Baumette.

Emprunter à droite le chemin bordé de murs pour parvenir chemin des Hauts de la Baumette jusqu'à l'arrivée



Angers Loire métropole – commune de Sainte Gemmes-sur-Loire : définition de l’itinéraire, balisage.

Association du Camp de César : commentaires sur les points intéressants du parcours.


Retour à la page "Sentiers de randonnée"

Lettre d'information

Je m'abonne